Nous avons hâte de vous retrouver pour une édition 2022 inoubliable ! Venez vibrer à nouveau au rythme des épreuves, compétitions, démonstrations équestres et spectacles du 3 au 6 Février 2022 !

Nous tenons à remercier nos partenaires et exposants pour leur confiance renouvelée, et vous donnons RDV très prochainement, dans des conditions sanitaires optimales.

Fermer

Le Cadre noir de Saumur au Jumping international de Bordeaux : « Faire rayonner notre savoir-faire »

Le Cadre noir de Saumur ouvre le bal du Jumping de Bordeaux avec deux soirées spectacles. Découvrez ce mélange d’excellence, de savoir-faire et d'émotions.

Le Cadre noir de Saumur au Jumping international de Bordeaux : « Faire rayonner notre savoir-faire »

Un voyage dans l'univers prestigieux du Cadre noir de Saumur. Le temps de deux soirées, le Cadre noir de Saumur se produira, avec une mise en scène inédite, au Jumping international de Bordeaux mercredi 2 et jeudi 3 février 2022.

Corps de cavaliers d'élite français, le Cadre noir de Saumur, inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco, forme les cadres supérieurs de l'équitation. Véritables experts, ses écuyers transmettent leur savoir-faire, dressent les chevaux qu'ils présentent en compétition ou lors de spectacles. Ils préparent également les chevaux dont ils ont la charge pour la formation de leurs élèves.

À travers leur spectacle “Au Cœur du Grand Manège”, vous découvrirez l'esprit d'excellence de l'équitation traditionnelle française. Poésie, magie et émotion seront au rendez-vous. Frédérique Mercier, responsable de la communication au Cadre noir du Saumur, revient sur les missions de cette institution et présente son spectacle.

La mission du Cadre Noir de Saumur : « transmettre notre patrimoine »

Vous ouvrez le bal du Jumping international de Bordeaux avec deux spectacles, la veille de l'ouverture, mercredi 2, et le premier soir, jeudi 3 février. Qu'est-ce que ça vous fait ?

C'est un immense plaisir pour nous de pouvoir enfin sortir de Saumur ! (rires) On a eu des saisons coupées à Saumur. Les spectacles extérieurs avaient été annulés, on vient de passer deux ans sans sortir de chez nous pour présenter notre spectacle. Or, c'est dans notre mission que d'aller à la rencontre du public pour transmettre notre patrimoine. On va reprendre nos déplacements avec Cordoue, en Espagne, début décembre.

Et le Jumping international de Bordeaux est un événement qui regroupe les meilleurs cavaliers du monde. Le sport fait également partie de notre ADN, de notre identité.

C'est également un cadre idéal. Pour nos autres représentations, nous nous produisons plutôt dans des zéniths ou des salles de spectacles, ce qui est moins adapté pour nos chevaux.

Ce sera votre deuxième passage au Jumping international de Bordeaux.

Oui, nous sommes venus pour la première fois en 2015 pour une soirée unique où nous avions été très bien accueillis par les Bordelais. Les réservations avaient été complètes en quelques jours. Nous nous sommes ensuite produits à l'Arkéa Arena de Bordeaux en 2018.

Vous produisez-vous souvent en extérieur ?

On fait 12 dates par an à Saumur et trois à quatre déplacements dans l'année en France, voire en Europe. Nous nous sommes déjà déplacés en Hongrie, en Italie... et même à Hong Kong et au Japon il y a une vingtaine d'années mais ce sont des destinations plutôt rares. En général, on reste en France. La dernière représentation était à Saumur en octobre. Pour Bordeaux, nous avons 3h30 de route, nous arrivons en voisins.

2022 sera une grosse année car beaucoup d'événements ont été annulés en 2020, reportés en 2021 et finalement décalés à 2022. On veille au confort et au bien-être de nos chevaux. Les spectacles représentent beaucoup de préparation et de travail. Du coup, on respecte un planning afin qu'ils ne soient pas trop sollicités. Et nos écuyers sont également des enseignants. La vie du site de Saumur doit pouvoir continuer au quotidien.

« Il y a un gros travail de visionnage, comme pour les sportifs de haut niveau »

Comment l’idée du spectacle “au cœur du Grand Manège” est-elle née ?

Cela fait 200 ans que le Cadre noir de Saumur existe. Depuis sa création, on a pris l'habitude de présenter le Cadre noir à des personnalités, lors d'événements importants, comme un faire-valoir du patrimoine français. Dans les années 80, on a lancé un spectacle pour avoir une transmission à destination du public. C'était une succession de tableaux pour illustrer notre savoir-faire mais sans dimension artistique. En 2015, on a réfléchi à la manière de toucher davantage le grand public. Le spectacle « Au coeur du Grand Manège » est né.

Comment vous préparez-vous à ce spectacle ?

Un spectacle, cela ne s'improvise pas. Tout au long de l'année, chaque matin, les chevaux qui font le spectacle s'entraînent, c'est un travail quotidien. On intensifie durant les dernières semaines. La semaine avant la représentation, nous faisons un filage avec un déroulé complet pour ajuster et la répétition générale se fait sur place. Il y a beaucoup de briefing et de débriefing. On filme, il y a un gros travail de visionnage, comme pour les sportifs de haut niveau. C'est un travail millimétré, tout est calé sur la musique, tout est précis et tracé. Cela permet également aux chevaux de prendre leurs marques.

 

« Il faut une alchimie entre l'écuyer et son cheval »

Qu'est ce que le public va découvrir ?

La Loire, personnage narrateur, va retracer l'histoire du Cadre noir à travers une quinzaine de tableaux dans une mise en scène inédite. On va raconter le déroulement d'une journée au sein du Grand Manège, on va débuter à l'aube, sur les rives de la Loire... pour finir avec la Reprise de Manège. Une vingtaine d'écuyers et une trentaine de chevaux seront présents. Au total, une quarantaine de personnes font le déplacement depuis Saumur, avec 15 soigneurs et cinq membres de l'organisation.

Le spectacle sera dirigé par le lieutenant-colonel Thibaut Vallette, médaillé d'or en équipe en concours complet aux Jeux olympiques de Rio en 2016,qui a pris ses fonctions en août dernier. L'écuyer en chef commandera la Reprise des sauteurs et conduira la Reprise de manège.

Notre objectif est de montrer la relation entre ces écuyers, hommes et femmes, et leurs chevaux, ce lien presque intimiste. Le public va découvrir que, pour pouvoir faire ça, il faut une alchimie entre les deux. Si on n'a pas l'adhésion du cheval, si nous ne sommes pas dans une relation d'harmonie, cela ne fonctionne pas, et c'est pareil dans le sport équestre.

Que souhaitez-vous transmettre au travers de ce spectacle ?

Notre mission, ce n'est pas de présenter un spectacle pour faire de l'artistique. C'est de faire rayonner notre savoir-faire. Ce spectacle nous permet de toucher le grand public. Car celui-ci a plusieurs niveaux de lecture : à la fois technique pour le public cavalier avec des clés classiques, académiques et sportives ; et pédagogique pour le grand public avec un univers artistique et poétique, des décors, de la mise en lumière, de la musique. Tout le monde peut apprécier ce spectacle, il parle à tous les publics. La clé, c'est l'émotion. Nous voulons partager notre amour de la belle équitation et faire venir les gens à l'équitation, qu'ils aient envie de découvrir ce sport. Le Jumping international de Bordeaux en sera l'occasion avec son très haut niveau.