Accès direct

Interview Kevin Staut

Kevin Staut, Vainqueur de l’étape Coupe du monde de Bordeaux en 2016, a répondu à nos questions.

Actuellement en tête du classement provisoire de la Coupe du monde, comment abordez-vous Bordeaux comme avant-dernière étape avant la finale ?

Je l’aborde avec moins de pression que l’année dernière. En 2016, il me manquait encore beaucoup de points pour me qualifier pour la finale du circuit. Sans parler de classement, c’est surtout la qualification qui m’importe, donc je suis plus serein.

En dehors de la Coupe du monde, que représente l’étape de Bordeaux pour vous, a-t-elle une place spéciale dans votre calendrier ?

C’est un concours que j’aime vraiment beaucoup, surtout au niveau de son atmosphère générale.
Il y a une ambiance bien particulière. C’est difficile à décrire, le public de la région crée ce climat à la fois décontracté, sportif et un peu intimiste. C’est ce que je préfère sur ce concours.
Au delà de ça, le confort des chevaux est vraiment soigné. Ils sont au calme dans les écuries. Avec toute la partie compétition, bien sûr qu’il y a de l’euphorie et de l’excitation puisque c’est du sport de haut niveau, mais les chevaux peuvent vraiment se reposer et se concentrer en dehors des épreuves. C’est cette alchimie entre la magie du sport et le côté décontracté et confortable pour les chevaux comme pour les cavaliers que j’apprécie.  

Suite à vos nombreux classements sur le circuit indoor et votre médaille d’or olympique avec Rêveur à Rio, comment allez-vous envisager la saison 2017 et la grosse échéance des championnats d’Europe ?

Les Championnats d’Europe représentent une échéance importante, notamment parce que c’est un championnat, mais aussi parce que nous sommes dans un nouveau cycle d’olympiades, où le sélectionneur, Philippe Guerdat, et la fédération recherchent des nouveaux couples pour les prochains Jeux olympiques. Ces Championnats d’Europe vont, à mon avis, permettre de tester en situation des nouveaux chevaux, qui pourraient être ceux au départ de Tokyo, dans 4 ans. C’est intéressant pour tous les cavaliers d’essayer de mettre en avant des chevaux dans une telle situation. Pour ma part, il y a quelques chevaux auxquels je pense, dont For Joy Van’t Zorgvliet*HDC, qui a réalisé de très bons résultats en 2016 et qui pourrait être un des participants aux Championnats d’Europe.

De manière générale, comment abordez-vous l’année 2017 ?

J’ai des chevaux qui sont vraiment bien, ils sont en forme. Un mélange de chevaux d’expérience comme Rêveur et Elky, mais aussi des chevaux en devenir de 8, 9 ans qui vont prendre, je l’espère, toutes leurs mesures cette année. Les chevaux se portent au mieux.
Je pense que la médaille olympique a ravi tout le monde ! Cela se ressent sur toute mon équipe : les grooms, mes cavaliers d’écurie, mais aussi les partenaires, les sponsors, et tout particulièrement mes propriétaires Emmanuelle et Armand Perron-Pette. Au delà de la satisfaction d’avoir cette médaille, ça a été un tremplin, en tout cas je l’espère, pour les années à venir. Cela nous permet de montrer qu’il y a un savoir faire français, une équitation française, une alchimie entre les cavaliers et les propriétaires, les partenaires, les chevaux... On a envie d’aller de l’avant !

Nous avons prouvé que nous étions capables de gagner une échéance importante, et quelque part, nous avons montré que nous pouvions le faire à nouveau; ça fait quelques championnats où nous arrivons à crédibiliser des résultats en équipe.
J’espère que cela impulse à tout le monde une super énergie ! J’aborde 2017 avec des ambitions, mais surtout une motivation terrible !

Ce site internet est optimisé pour les versions récentes des navigateurs (Internet Explorer 9 et supérieur, Firefox dernière version, Chrome dernière version, Safari dernière version). Pour ne pas rencontrer de difficultés dans l'affichage des informations, nous vous conseillons d'utiliser une version récente de votre navigateur.

Vous pouvez la télécharger dès maintenant en cliquant sur l'un des liens suivants :