Accès direct

Interview Karim Lagouhag

Le champion olympique 2016 Karim Lagouhag à répondu à nos questions.

Un derby indoor est très différent d’un concours complet, comment prépare-t-on ses chevaux pour cette discipline ?

Il y a quelques chevaux réservés exclusivement à ce genre de concours, qui ne sont pas totalement au repos l’hiver. Ils gardent tous un niveau d’entraînement basique pendant cette période pour récupérer et repartir en pleine forme pour la nouvelle saison. J’ai deux chevaux que je garde au travail pour pouvoir courir ces épreuves-là. Bordeaux est une étape importante, puisque la compétition se déroule au moment où les chevaux reprennent de la condition. Les meilleurs chevaux de complet destinés à des concours comme Badminton sont rapides, avec beaucoup d’amplitude et beaucoup de capacité d’allongement, alors que pour un cross indoor, il nous faut des chevaux véloces, réactifs et plus réguliers dans leurs foulées. En terme d’entraînement, on leur fait faire beaucoup de gymnastique. L’épreuve est un peu comparable à un derby, ou même un barrage de concours hippique, mais avec des obstacles de cross !

C’est un effort très intense et relativement court. Le travail en amont se fait en fonction du cheval et de son expérience. On a pu observer que les chevaux avec un peu d’âge sont avantagés grâce à leur expérience, ils sont généralement plus à l’aise.

Vous êtes un peu le « roi » du Derby de Bordeaux, vainqueur en 2015 et 2016 avec Pégase, comment vous préparez-vous pour cette année ?

J’ai la sensation que Bordeaux nous plaît bien, à mes chevaux et à moi. J’arrive en tant que favori, mais sans me mettre pour autant la pression. C’est avant tout un show, il n’y a pas de véritable enjeu de compétition. On y va un peu plus détendus que sur un concours complet, mais avec une vraie envie de bien faire ! Il y a quand même une dotation, et si on peut repartir avec, ce n’est pas plus mal ! Il n’y a pas de grosse intensité nerveuse, on vient vraiment pour se faire plaisir, à nous cavaliers, au public, et que le cheval également s’amuse. 

Que pensez-vous de l’ambiance de Bordeaux, y avez-vous un attachement particulier ?

Je n’ai pas souvent l’occasion d’aller à Bordeaux alors que c’est une ville que j’aime beaucoup. J’envie vraiment les personnes qui habitent là-bas. Ma femme y a vécu pendant plusieurs années pour ses études, et elle me dit toujours que c’est une ville très agréable, où il y a beaucoup de choses : la gastronomie, la mer…

D’une manière générale, dans ces épreuves-là il y a déjà beaucoup d’ambiance. Le public applaudit, tape des pieds, ce n’est pas aussi solennel qu’un jumping. On en joue et souvent le speaker nous chauffe un peu, c’est un climat chaleureux. On répond présent, on est là pour faire plaisir au public et leur montrer un beau spectacle. Et si on peut donner envie à ces personnes qui sont plus issues du milieu du saut d’obstacles de venir voir des concours « complet », c’est avec plaisir qu’on véhicule cette image positive.

Médaillé d’or par équipe aux JO en 2016, que peut-on espérer pour 2017, quel est votre calendrier ?

 En 2017, il y aura les Championnats d’Europe à Strzegom, en Pologne au mois de septembre. Pour être prêt pour cet événement, on va courir le circuit du Grand National, qui est toujours le support du concours complet en France. J’irai peut-être à Badminton, et je pense faire l’Event Riders Master, un nouveau challenge créé l’année dernière en Angleterre. Cette compétition est bien dotée et très intéressante à tous points de vue, surtout au niveau de la concurrence, puisqu’ils invitent les 20 meilleurs cavaliers mondiaux. C’est un peu notre équivalent du Global Champions Tour en concours complet. Cela reste vraiment intéressant pour nous de courir ces épreuves.

Dans l’ensemble, 2017 commence très bien, les chevaux sont en forme, l’écurie se porte bien. Nous espérons que ça va durer ! 

 

Ce site internet est optimisé pour les versions récentes des navigateurs (Internet Explorer 9 et supérieur, Firefox dernière version, Chrome dernière version, Safari dernière version). Pour ne pas rencontrer de difficultés dans l'affichage des informations, nous vous conseillons d'utiliser une version récente de votre navigateur.

Vous pouvez la télécharger dès maintenant en cliquant sur l'un des liens suivants :